Pour promouvoir, célébrer ou accueillir le 18 safar ( Magal), on dirait que les mouride en profitent pour s'éloigner de leurs vertus qui fondent leur originalité. Ils aiment se mettre en affiche avec toutes les saveurs et les slogans les plus fous. On dirait que tout est permis allant des jeunes filles voilées portable à la main se prenant en photo tout en recitant à haute voix les écrits de Serigne Touba dans la grande mosquée de Touba à des référents symboliques allant à la frénésie des sketch à la l'invention de récits pour se fantasmer du Magal. On dirait un narcissisme généralisé qui fait la publicité à un marketing de l'ego et la superpuissance d'une communautés qui se noie dans le mondialisation. Quelles sont retombées d'une fille entrain de chanter dans la grande mosquée de Touba? Une quête de la spiritualité ou une quete de soi? Une image du vide, ludique ou narcissique ?

Mouhammadou Moustapha Diop



Réactions :

Publier un commentaire

 
Top