Serigne Touba se définit par deux principes : ‘Abdulaahi et Xadimu Rasuul. Ces deux principes organisent son identité. Tout au long de son parcours, il n’a réclamé que ces deux titres. Toute son activité n’était que la matérialisation de ces deux principes. Il a accordé à ces deux principes tout son temps, sa disponibilité, et son énergie. Sa perception, ses sentiments, sa foi, sa raison s’organisaient à partir de ces deux principes. Son essence et même le support de son être ne sont que les reflets de ces deux principes. Le secret de son secret, son intellect, son cœur, ses facultés sentimentales et rationnelles s’illuminaient à partir de ces deux principes. Et pourquoi a-t-il choisi ces deux principes : Abdulaahi dans le sens qu’il n’a jamais ignoré la mission et la fonction pour laquelle Dieu a dit « Je n’ai créé les djinns et les hommes qu’afin qu’ils M’adorent ; je n’attends d’eux aucune substance ; Je n’attends pas d’eux qu’ils me sustentent ! », Xadimu Rasuul dans le sens que Dieu a aussi dit « Certes, Allah est Ses Anges prient sur le Prophète; ò vous qui croyez priez sur lui et adressez [lui] vos salutations. » ou bien « En vérité, tu es d’un caractère sublime ». Serigne Fallou dans sa sagesse illimitée nous dit : ici, « …prient…adressez (lui) vos salutations » signifient œuvrez pour le prophète.
Disons toute de suite, la conduite observée par Serigne Touba en toutes les circonstances de la vie quotidienne n’était que la matérialisation de ces deux principes. Serigne Touba a pleinement assumé sa condition de « abdullahi » et de « Xadimu Rassul » au point de renoncer à toute volonté propre, à toute prétendue autonomie jusqu’à dissiper toute trace de l’égo. Serigne Touba a asservi tout son être à la Loi divine par le biais d’une imitation absolue au Prophète qui, à chaque instant et en toutes circonstances lui dictent sa conduite. Serigne Touba n’a jamais trahi la mission dont Dieu l’informe et l’instruit explicitement dans le Coran. Ce dernier dont la pieuse dame A’sha dit à propos du Prophète ; « Son caractère , c’était le Coran. ». En d’autres termes, ce que le Coran, parole de Dieu, exprime sous forme de Livre, Serigne Touba le signifie en sa personne, l’incarne dans son exemple, celui de la servitude la plus absolue en vertu de laquelle il est devenu Asnal Xadim ( le serviteur privilégié du Prophète).



Mouhammadou Moustapha Diop


Réactions :

Enregistrer un commentaire

 
Top